Commentaire composé du poème de Louise Labé "Je vis, je meurs"

Commentaire composé du poème de Louise Labé "Je vis, je meurs"

I) Un sonnet construit sur le mode de l’énigme

La première partie de votre analyse met en lumière le caractère énigmatique du sonnet, particulièrement dans ses quatrains. Le vers initial, "Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie", est frappant par son rythme saccadé, reflétant la confusion et l'intensité émotionnelle du poète. Cette opposition des états physiques et émotionnels, symbolisée par l'eau et le feu, crée une tension interne, soulignant les contradictions inhérentes à l'expérience amoureuse. L'emploi de l'expression "jouer avec le feu" et la référence aux émotions comme un "naufrage" enrichissent cette symbolique de dualité.

Les rimes embrassées des quatrains sont également significatives. En enveloppant les rimes féminines avec des rimes masculines, la poétesse semble symboliquement évoquer son désir d'union avec l'objet de son amour. Cette structure rime, par son caractère enveloppant, suggère une tentative de réunir les contraires, reflétant ainsi la complexité des sentiments amoureux.

Dans les tercets, le poème cherche à résoudre l'énigme posée dans les quatrains. Le "vers pivot", "Ainsi Amour inconstamment me mène", marque un tournant dans le poème, révélant l'amour comme la source de cette tumulte émotionnelle. L'emploi répété du verbe "penser" souligne une introspection profonde, tandis que l'alternance entre la douleur et la joie décrite dans les vers subséquents dépeint une lutte interne, caractéristique de l'amour passionnel.

II) Un poème lyrique qui donne une conception de l’amour universelle

La deuxième partie de votre analyse examine la nature lyrique du poème et sa conception de l'amour. Le recours fréquent au pronom personnel "je" et au pronom possessif "mon" dans des vers tels que "Tout à un coup je ris et je larmoie" et "Mon bien s'en va, et à jamais il dure" accentue l'expression personnelle et intense des sentiments. La césure à l'hémistiche dans ces vers symbolise la dualité des émotions, oscillant entre bonheur et désespoir.

Ce poème présente l'amour comme une force puissante et paradoxale. D'un côté, il est source de joie éphémère, de l'autre, il conduit à un cycle incessant de douleur, comme le suggère le vers "Il me remet en mon premier malheur". La domination de l'amour sur la volonté individuelle est soulignée par le vers "Ainsi Amour inconstamment me mène", suggérant que l'amour réduit l'homme à un état de vulnérabilité et de perte de contrôle.

En conclusion, votre analyse révèle avec éloquence comment ce sonnet, à travers sa structure et son langage, explore les paradoxes de l'amour, capturant sa nature à la fois éphémère et éternelle, joyeuse et douloureuse. Cette dualité est exprimée non seulement dans le contenu mais aussi dans la forme du poème, soulignant la maîtrise de la poétesse dans l'expression de la complexité des sentiments humains.


Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    lili (lundi, 20 janvier 2020 18:59)

    bonjour j'ai plusieur questions
    a qu'elle forme fixe le poème apparait -il ?
    quelle sont les deux partie du poème ? donnez leur a chacune un titre
    relevez le antithèse liée aux sensation et émotion .
    merci d'avance

  • #2

    Gloria (mardi, 21 janvier 2020 11:25)

    Ce poème est un sonnet

  • #3

    il (mercredi, 25 mars 2020 09:30)

    Et la cesure

  • #4

    Papa (mardi, 15 septembre 2020 20:06)

    Pas bien de demander l'avis des autres , tu n'est plus mon fils �

  • #5

    UNE SECONDE (lundi, 26 avril 2021 13:41)

    je t'aime <3

  • #6

    gru (jeudi, 17 mars 2022 11:03)

    je suis moche et méchant

  • #7

    Sans (mercredi, 12 octobre 2022 14:30)

    Gonna have Bad Time